LES ESPACES

La Salle de l’Inquisiteur

Le nom de cette première salle est dû à la proximité de cet immeuble avec une maison qui conserve dans la façade le blason de l’Inquisition (8, rue Las Parras) ; peut-être habitée par des Juifs ou des convertis (des Chrétiens qui étaient autrefois des Juifs). Ils s’appropriaient l’espace de la synagogue une fois les Juifs expulsés de la ville, afin de le préserver et aussi le protéger. C’est pourquoi les espaces apparaissent intacts.
Cette salle avec la cour, la cave et les fours correspondent aux espaces qui formaient, au Moyen Âge, la maison du rabbin.

Galerie des Femmes

Il est possible de souligner sur l’arcade de gauche quatre colonnes originales qui forment un espace fondamental dans les synagogues; C’est la Galerie des Femmes, lieu qu’ils ont occupé pendant les cérémonies et les rituels cachés derrière des treillis.

La Cour

Les arcades de la cour divisent les espaces par lesquels on accède à la Synagogue.
Les éléments les plus représentatifs de cette salle sont deux colonnes intactes et authentiques qui apparaissent cachées entre les murs de la première maison.
Les colonnes sont bien définies par le chapiteau qui est décoré avec une feuille de palmier ou de l’arbre de la vie. Avec sept branches symbolisent la Menorah Juive.
Un autre élément important de la Cour est la porte d’entrée de la Synagogue : la porte de l’âme. Les chambranles et la marche d’accès sont authentiques et l’arc se compose également d’éléments originaux et d’autres qui sont des reproductions d’éléments authentiques qui ont été réutilisés dans autres murs (comme dans une pièce de la réception). Au-dessus de la porte de l’âme, il y a une pierre qui représente l’étoile de David. Il s’agit d’une copie de l’original, dû aux fragments, trouvés dans le mur.
Près de cette porte est exposé, encadré, un Klaf, c’est-à-dire, un parchemin fait avec la peau de l’estomac du mouton que les Juifs plaçaient à l’intérieur d’une Mezuzah dans l’entrée des maisons et des synagogues comme un symbole de protection, qui remonte au XIIIème siècle.

Bain rituel « Mikveh »

On y accède par un passage creusé dans la roche. Caché dans ce qui semblait être une cave et couvert de détritus, le bain de purification ou Mikveh voit le jour. Pour les Juifs le rituel de purification à travers l’eau permet de restaurer et préserver un état de pureté spirituelle. Les hommes allaient généralement au bain le vendredi et avant les grandes fêtes tandis que les femmes y allaient avant le mariage, après l’accouchement et après le cycle menstruel. La salle de bain est couverte par un simple arc à ogive une pierre de taille délicate (le bugnato). Au centre de la cavité, avec sept marches creusées dans la roche, l’eau s’élève naturellement dans un mouvement continu. Ce sont des conditions essentielles pour comprendre le sens, la signification et le but.

Salle de la Synagogue

Il s’agit d’un espace divisé en trois nefs séparées par d’authentiques arcs à ogive, qui restent intacts et cachés dans les murs des maisons. Les espaces ont la structure des synagogues médiévales espagnoles : de petits espaces, des matériaux simples et situés sous le niveau de la route. Les synagogues étaient des lieux conçus non seulement pour les prières et le culte, mais aussi pour les rencontres et les décisions prises par la communauté juive ainsi que pour les études, les lectures et les commentaires, toujours présidés par le rabbin et aussi les personnes âgées de la communauté.

 

La Cave, les Fours

Ce lieu appartenait à la maison du rabbin. Avec une voûte en tranche inclinée et baissée, le sol et les jarres sont authentiques. Les jarres étaient utilisées pour conserver de l’huile et des vins Kosher, aussi de la nourriture convenant à la religion juive, l’une d’entre elle conserve le sceau de Salomon.

Á côté de la cave se trouve un espace creusé dans la roche avec le toit plat, qui par son emplacement et ses niches elles-mêmes creusées dans la roche, semble être la cuisine, les fours pour la préparation du pain azyme et pour maintenir les aliments chauds pendant le Shabbat.